Partagez
 

 coups et blessures ─ BRUCE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Léo P. Selly-Wayne
DERRIÈRE LE MASQUE JE SUIS
Léo P. Selly-Wayne


Voir le profil de l'utilisateur

✪ Date d'inscription : 29/01/2013
✪ Age : 29
✪ Messages : 93
✪ Puissance : 120
✪ Technique de combat :
coups et blessures ─ BRUCE Left_bar_bleue0 / 1000 / 100coups et blessures ─ BRUCE Right_bar_bleue


coups et blessures ─ BRUCE Empty
MessageSujet: coups et blessures ─ BRUCE   coups et blessures ─ BRUCE Icon_minitimeMar 14 Mai - 0:09



coups et blessures
” Une terrible douleur irradie dans mon épaule tandis que je sers les dents pour retenir un hurlement. L’homme que je suis en train d’affronter semble prendre le dessus sur moi. Ce n’est pas une question de force, juste un manque flagrant de concentration. Je ne suis pas dans cette ruelle sombre en train de me battre, je suis auprès de Dakota, me demandant si elle est bien restée à l’appartement comme je lui ai demandé mais je suis également avec John, inquiète de ne pas voir Robin aux côtés de Batman. Il est rare de ne pas l’avoir en mission avec nous, d’habitude, il suit Bruce comme son ombre, ce qui m’exaspère parfois. Il n’a vraiment pas besoin de mon paternel pour exister, pourtant, il semble lui vouer une admiration sans limite. Je ne comprends toujours pas pourquoi. Bon je l’avoue, c’est de la mauvaise foi ! On ne peut pas retirer à Bruce qu’il est courageux et que sans lui, beaucoup de criminels seraient encore libre. Mais je crois qu’il me sera à jamais impossible de le pardonner pour nous avoir abandonné, Dakota et moi. Est-il possible que le grand Batman redoute de faire face à ses propres progénitures ? Car si je ne suis pas certaine qu’il connaisse nos identités, je suis quasiment persuadée qu’il connait notre existence.
Mon masque étouffe à peine le petit cri que je pousse lorsque je me prends un coup au visage. Je suis sonnée quelques secondes, mais je reprends mes esprits à temps et évite de peu un second coup. Il faut absolument que je me reconcentre ! Mais c’est impossible ce soir, mon esprit semble ne pouvoir penser qu’à Bruce et à ce qu’il ignore encore. Une petite voix dans ma tête me hurle de lui avouer immédiatement, ainsi je pourrai me sentir soulagée, tandis qu’une autre m’ordonne de garder le silence, Bruce ne méritant pas de connaitre la vérité.

Tandis que j’envoie mon adversaire au sol, je jette un rapide coup d’œil vers lui. Dans son costume de Batman, il me ferait presque peur. Il parait si sombre. Mais pourquoi devrais-je avoir peur de lui ? C’est mon géniteur, je ne peux l’imaginer me faisant du mal. Tout du moins, pas physiquement.
Je n’ai guère le temps de rêvasser plus longtemps, mon adversaire semble être de nouveau sur pieds. Je sens deux mains puissantes se poser sur mes épaules, qui m’envoient valser contre Batman. J’atterrie assez violement contre son dos, ce qui m’arrache une grimace de douleur. L’ensemble de mon corps semble n’être que douleur. Mais ce qui m’agace le plus, c’est de voir que Bruce ne bouge quasiment pas. Je déteste avoir l’impression d’être un poids plume.
Rapidement, les quatre criminels nous entourent, m’obligeant à rester dos à dos avec Batman. Il doit pester après moi, cette nuit, je fais une bien piètre Batgirl. Les criminels ricanent entre eux, persuadés qu’ils étaient en train de prendre le dessus sur le si célèbre Batman. J’entends même une blague déplacée et très sexiste à mon encontre. Il ne paie rien pour attendre, quand je vais m’occuper de son cas, il fera moins le malin.
Soudain, je me sens submergée par une vague de panique. Pas vraiment à cause de la situation, je n’ai jamais eu peur de la douleur ou même de perdre la vie, non, ce qui m’angoisse, c’est de laisser Dakota derrière moi, seule et sans rien pour qu’elle puisse s’en sortir. Il faut être réaliste, sans moi, Dakota n’aurait sûrement pas trois repas par jour ou même un toit sur la tête. Qui prendrait soin d’elle si je ne suis plus là ? Je profite donc du moment de répit que nous donnent les quatre criminels pour tourner légèrement mon visage vers Batman.

« -Si jamais il m’arrive quelque chose, promets-moi de prendre soin de Dakota comme elle le mérite. Tu sais, ta fille, celle que tu as lâchement abandonnée, tout comme moi. »

Je chuchote de manière à ce qu’il soit le seul à pouvoir m’entendre. Dans ma voix transparaît une certaine colère mélangée à de la crainte, émotions que je réussie pas à camoufler. Lorsque je suis aux côtés de mon géniteur, je n’arrive pas à retenir la vague d’émotion qui me submerge, je ne suis qu’une boule de colère et de haine envers lui.
Je n’ai pas l’occasion de jeter un nouveau regard vers lui que le combat reprend. Cette fois-ci, je suis bien décidée à en finir rapidement avec eux, j’en ai marre de m’en prendre plein la tête. J’assène un énorme coup de pied dans la gorge du premier homme qui se jette vers moi. Il tombe au sol, à deux doigts de s’évanouir le souffle coupé. Mais le deuxième se glisse derrière moi, s’empare de mes bras qu’il bloque dans mon dos et m’empêche de faire le moindre mouvement en appelant un autre de ses camarades. J’essaie vainement de lui écraser les pieds, mais il comprend rapidement ce que je veux faire et anticipe mes mouvements. Je suis bloquée et il est hors de question que j’appelle Bruce à l’aide… ”

© charney


_________________
    léo ✖️ little ass kicker
    » I've been dealing with something thats worse than these, that'll make you fall to your knees. Emotions are trapped set on lock, got my brain stuck goin through the motions. I'm filled up with pain. •• unbreakable.


Spoiler:
 


Dernière édition par Léo P. Selly-Wayne le Mar 14 Mai - 14:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bruce Wayne
DERRIÈRE LE MASQUE JE SUIS
Bruce Wayne


Voir le profil de l'utilisateur

✪ Date d'inscription : 12/05/2013
✪ Messages : 112
✪ Puissance : 130
✪ Technique de combat :
coups et blessures ─ BRUCE Left_bar_bleue0 / 1000 / 100coups et blessures ─ BRUCE Right_bar_bleue


coups et blessures ─ BRUCE Empty
MessageSujet: Re: coups et blessures ─ BRUCE   coups et blessures ─ BRUCE Icon_minitimeMar 14 Mai - 13:38



Elle avait désiré faire ses preuves. Elle avait exprimé le souhait d’agir seule et de prouver au Batman l’étendue de ses progrès et de sa valeur. Pourtant, Léo n’avait aucunement besoin de ça pour s’attirer les grâces de Bruce, ni même sa reconnaissance. Certes était-elle encore une novice face à l’étendue des connaissances de la chauve-souris en termes d’affrontements et de combats. Mais elle n’en demeurait pas moins déjà très douée et, peu à peu, expérimentée pour faire face au crime en tant que tel.
De ce désir maintes fois exprimé, Bruce avait la sensation d’entendre un autre message : ‘Laisse-moi veiller seule sur la ville. Ne me suis plus, ne me protège plus. Laisse-moi devenir une héroïne à part entière.’ Tel était ce qu’il y avait à comprendre… Ou tel était le message dissimulant sa haine et sa rancœur pour le piètre géniteur qu’il avait été durant toutes ces années. Pourtant, Bruce continuait de croire qu’elle ignorait qui il était pour elle. Ses croyances reposaient sur le fait qu’en cas de la découverte de la vérité, sa fille l’aurait confronté bien plus tôt, sans hésitation aucune. Elle avait un caractère fort. Elle possédait un caractère en apparence solide. Ce tempérament de fonceuse qui pouvait amener bien des craintes. Affronter les tumultes de sa personnalité équivaudrait très aisément à se prendre une tornade foudroyante en pleine face. Et, oui, malgré tout son courage, malgré toute sa combattivité et toute sa ‘noblesse’ apparente, Bruce redoutait l’instant où une telle confrontation surviendrait.
Sans doute était-ce la raison pour laquelle il conservait le silence. Sans doute était-ce pour cela qu’il gardait le secret. Taiseux et mystérieux, il ne partageait rien de sa vie, rien de ses choix, rien de ses responsabilités ou de ses sacrifices à qui que ce soit, exception faite d’Alfred, son ami le plus proche et le plus fidèle. D’ailleurs, il ne serait guère étonnant que le majordome soit le seul à pouvoir expliquer l’absence de Bruce de la vie de ses filles sans que cela ne paraisse honteux ou que cela soit perçu de manière aussi impardonnable que détestable. Il connaissait Bruce mieux que ce dernier ne se connaissait lui-même. Matérialisation de sa conscience et de la compréhension de celle-ci, lui seul avait conscience de tout ce qui dévorait et rongeait le Batman depuis autant d’années. Pas seulement depuis son pèlerinage, pas seulement depuis son envie de justice et d’en porter le masque vengeur. Mais bien depuis cette nuit dans cette sombre ruelle où la vie du jeune Wayne bascula à jamais.

Le combat était solide, la combat était rude. Il était difficile pour le chevalier noir de demeurer droit sans intervenir. Son instinct paternel, ses sentiments enfouis à l’égard de sa fille ainée lui faisait naître ces envies de lutte, de protection et de mise à l’abri. De piètres criminels de cette pauvre envergure ne représentaient qu’un menu frottin pour l’ancien héros de Gotham. Ils ne témoignaient d’aucune technique, d’aucun véritable savoir-faire. En quelques secondes et un tour de cape, le tout aurait pu être réglé. Mais Batgirl était certaine de ses talents, de sa valeur et de sa grandeur. Alors, aussi difficile soit-il de demeurer immobile pour lui, Bruce demeurait statique sous l’apparence sévère d’un mentor attendant que son élève se reprenne en main.
L’interrogation était de mise bien évidemment. Elle n’avait jamais été aussi maladroite et ‘faible’ que ce soir. Elle n’avait jamais commis autant d’erreurs flagrantes. Autrement dit, qu’est-ce qui pouvait la tourmenter à ce point ? Oui, la réponse était dans la pensée et dans l’endroit où se perdait son esprit actuellement. Bruce lui-même était passé par là, en se fourvoyant sur ses considérations et sa manière de voir la vie, de considérer jusqu’à sa propre existence. Ces instants où Gotham tomba en cendres sous la fureur de Bane, dans ces instants où le milliardaire ne redoutait plus la mort mais tentait d’aller à sa rencontre au travers de chaque nouvel affrontement. Il avait perdu de sa force, de sa foi et de sa détermination. Il n’était qu’une ombre luttant contre lui-même sans même s’en rendre compte. Ce jugement, ce faux pas, faillit d’ailleurs lui coûter la vie mais, surtout, la vie de sa ville natale et de tous ses citoyens. En empruntant le tumulte de pensées obscures, Batman n’était plus le Batman… Mais rien de plus qu’un homme se prenant pour un pseudo justicier. Tout comme il en était le cas de Léo ce soir, sans que Bruce n’en comprennent ou n’en devinent malheureusement les raisons.
Le corps de sa fille le sortit de ses pensées. Ses bras faillirent se redresser pour se poser sur les épaules de Léo et l’aider à se redresser, à encaisser le choc. Mais non, à nouveau, le justicier se retint au dernier instant et renforçait la solitude que pouvait ressentir Batgirl en ces douloureux instants de défaite. Son regard à la fois sombre, sévère et vide de toute émotion parcouru quelques instants celui de sa cadette avant que cette dernière ne se glisse dans son dos. Un soupir quitta alors très discrètement ses lèvres. Était-ce signe pour lui d’intervenir et de prendre la relève de ce combat ? Était-ce la façon que Léo avait choisi de jeter l’éponge devant le nez et le regard de son père ? Était-ce cet instant où l’élève baissait honteusement la tête face à son mentor pour reconnaître qu’il n’était pas aussi prêt qu’il l’avait cru ou espéré ?

Un aveu glisse aux oreilles du justicier. Une réalité s’éveille au regard de la Chauve-Souris. Pas de réponses, pas de répliques. Bruce venait d’entendre ce message. Wayne réalisait alors qu’il n’était pas le seul à savoir. Batman comprenait que derrière la volonté de Léo à simplement prendre sa place à ses côtés contre le crime n’était qu’une manière détournée de retrouver ce père, de reprendre la place qui était due dans la ville du milliardaire. Et, surtout, de lui démontrer toute sa hargne, toute sa colère et toute sa rage dans chaque défiance qu’elle lui lançait.
Était-elle déçue de l’absence de son père durant toutes ces années ? Probablement ! Mais, dans ce cas, elle serait d’autant plus déçue de voir que le chevalier noir ne sembla aucunement se préoccuper des propos qu’elle venait de lui tenir. Dans le plus grand des silences, Batman agrippa le col des deux criminels lui faisant face et, sans demander son reste, entrechoqua leurs têtes l’une contre l’autre dans une violence des plus assommantes. Leurs corps tombant alors inanimés sur le sol, il se retourna aussitôt afin de saisir l’agresseur de sa fille par le dos. Libérant cette dernière de l’étreinte désagréable du criminel, celui-ci vola quelques secondes avant d’être plaqué sévèrement au sol et de recevoir un coup brusque, rapide et violent qui lui arracha un profond cri de douleur. Maintenant que ce nocif était étourdi, il ne lui restait plus qu’à s’assurer que le premier criminel envoyé à terre par sa fille ne se relève plus. Ainsi Batman contourna furtivement le corps de son apprentie et conclut l’affrontement par un coup de pied bien senti dans la tempe du dernier adversaire.
Tel qu’il l’avait estimé, pas plus de quelques secondes s’étaient écoulés pour qu’il vienne à bout de ces quatre gêneurs. L’affrontement était terminé, l’affrontement était clos et ne restait-il donc à Bruce plus qu’une seule chose à faire : affronter les circonstances présentes et l’aveu cinglant que venait de lui faire sa fille.

« Pour qu’il ne t’arrive rien, apprends-toi à te concentrer et à ne pas te laisser guider par tes émotions. Sans cela, de simples criminels auront raison de ton masque et de ta vie ! »

Rétorqua sévèrement le père en accordant à peine un regard à sa progéniture. Bruce ne maîtrisait pas les sentiments et souffrait d’une énorme difficulté à gérer une relation de père-fille ou d’homme protecteur, bienveillant et se perdant dans le sentimentalisme. Voilà pourquoi, au lieu d’une étreinte, au lieu d’un pardon ou d’un geste d’explication envers Léo, s’exprima-t-il par la lourdeur de cette remarque prononcée de sa voix sombre, rauque, abyssale.

© charney


_________________