Partagez
 

 Une soirée particulière [Clint]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Natasha Romanoff
DERRIÈRE LE MASQUE JE SUIS
Natasha Romanoff


Voir le profil de l'utilisateur

✪ Date d'inscription : 03/06/2013
✪ Messages : 21
✪ Puissance : 131
✪ Technique de combat :
Une soirée particulière [Clint] Left_bar_bleue0 / 1000 / 100Une soirée particulière [Clint] Right_bar_bleue


Une soirée particulière [Clint] Empty
MessageSujet: Une soirée particulière [Clint]   Une soirée particulière [Clint] Icon_minitimeDim 7 Juil - 14:11

Une soirée particulière [Clint] Tumblr_m4esfoM3QD1qzu6ivo2_r1_500





    Un cri. Un cri déchirant, strident qui la laissait épuisée et chancelante. La douleur était terrible et elle ignorait pourquoi. Quel muscle lui avait-on déchiré, quel os lui avait-on brisé pour qu’elle se sente à ce point détruite ? Un visage sombre se pencha sur elle, souriant méchamment et l’assurant qu’elle l’avait perdu. Qui ? Celui à qui elle tenait plus que tout au monde. Non, cela ne pouvait être possible. Elle l’aurait su s’il était mort. Elle l’aurait senti. Une violente décharge électrique parcourut tout son corps en même temps qu’un mot résonnait dans son esprit. Danger. Danger. Natasha se redressa dans son lit, les yeux écarquillés, le souffle court, de la sueur perlant sur son front. Elle mit plusieurs secondes avant de se ressaisir et de se rendre compte que tout cela n’était qu’un cauchemar. Un de plus. La jeune femme avait le sommeil de plus en plus agité et cela ne présageait rien de bon. Nat se déplaça pour s’asseoir sur le bord de son lit, se prenant la tête dans les mains. Qu’est-ce que ce rêve voulait dire ? Et surtout, pourquoi visait-il Clint ? Si elle voulait être honnête, ce n’était absolument pas la première fois que Barton venait visiter ses pensées lorsqu’elle dormait. Mais jamais elle n’avait senti une pression semblable. Et qui avait un lien avec lui. Comme s’il était en danger. Clint… Son cœur se serra à la pensée de l’archer. Ils ne se voyaient plus souvent désormais, chacun ayant des missions spécifiques. Mais le cœur de la jeune femme lui était toujours attaché. Elle avait tout gâché. Ils avaient tout gâché. Pourtant, cette nuit passée ensemble était le souvenir le plus doux qu’elle ait eu. A croire que Natasha Romanoff n’était pas faite pour avoir un homme à ses côtés. On ne la surnommait pas la Veuve Noire pour rien.

    Elle se leva finalement de son lit, se passant une main dans les cheveux et se dirigeant vers sa cuisine. Il était très tard, ou très tôt, en fonction du côté de l’horloge où on se plaçait. Natasha sentait bien que tenter de retrouver le sommeil serait parfaitement illusoire. Autant se lever et commencer cette journée. Elle entra dans sa cuisine et enclencha la cafetière. Le SHIELD lui octroyait un logement de fonction en même temps que de fausses pièces d’identités. Elle ne manquait de rien mais la jeune femme n’avait jamais été sensible à la possession et à un certain style de vie. Elle pouvait rester dans des planques crasseuses de quelques mètres carrés, comme se faire passer pour une duchesse dans un palace cinq étoiles. On le lui avait appris. Espionne, ce n’était pas un métier de tout repos mais on pouvait échapper au quotidien terne. Natasha s’assit sur une chaise qu’elle tira devant la fenêtre. Son regard se posa sur les rues de New York, toujours animée même à cette heure. La Grosse Pomme, la Ville qui ne dort jamais. Ses pensées se dirigeaient vers Clint. Que faisait-il ? Où était-il en cet instant ? Elle n’avait plus eu de nouvelles depuis pas mal de temps, ce qui signifiait en règle générale qu’il était en mission. Natasha avait déjà pensé que Clint serait amené à rencontrer d’autres femmes, des femmes de goûts et cette pensée lui vrillait le cœur. Jalousie d’enfant qu’elle repoussait fermement lorsqu’elle se présentait à elle. Clint n’était pas amoureux d’elle, c’était certain. Sinon, il aurait déjà parlé, non ? Il ne devait la considérer que comme une bonne copine, une collègue du SHIELD, une partenaire de combat.

    La cafetière fit un bruit strident et Natasha se servit une tasse de café brûlant. Elle trempa le bout de ses lèvres dans le liquide noir et avala une gorgée. Elle devait cesser de penser à lui. Mais une intuition lui faisait craindre le pire. Elle sirota tranquillement son café, pensive et inquiète. Son sixième sens ne l’avait jamais trompé. Elle terminé sa boisson et fila sous la douche. L’eau chaude coulant sur son corps lui fit le plus grand bien et éclaircit quelque peu ses idées confuses. Elle sortit de la salle de bain, serviette autour du corps lorsqu’un appel retentit. Son téléphone portable. Elle décrocha immédiatement.

    Oui ?
    Romanoff. Fury à l’appareil.
    Qu’y a-t-il ?
    C’est Barton, il… Il a été blesse et vient d’être amené à la base.
    J’arrive.

    Elle le savait. Elle l’avait senti. Se maudissant de ne pas s’écouter, elle attrapa rapidement un jean qu’elle enfila, puis un t-shirt noir et passa sa veste en cuir noir par-dessus. Chaussant ses bottes, elle se passa un rapide coup de peigne avant de foncer dans son garage, claquant la porte derrière elle. Qu’est-ce que Clint avait subi ? Elle n’en savait rien mais l’inquiétude lui rongeait les sangs. Elle enfourcha sa moto, enfila son casque et mit le contact. Elle fit rugir le moteur et accéléra vivement pour démarrer en trombe. Filant dans les rues de New York, elle dépassait largement les limitations de vitesse. Ce qui la sauvait des flics ? Sa plaque, de couleur verte, symbole d’un véhicule diplomatique. Le SHIELD couvrait parfaitement ses agents, afin d’éviter des confrontations fâcheuses avec les forces de l’ordre. Natasha slalomait aisément entre les véhicules, évitant les bouchons et n’hésitant pas à remonter l’avenue en contre-sens lorsqu’elle y était contrainte. C’était certes, peu prudent de sa part. Le caractère diplomatique la protégeait mais on conseillait en règle générale aux agents du SHIELD la discrétion. Mais en cet instant, Natasha n’avait cure du règlement. Inquiète, elle ne pensait qu’à arriver au plus vite auprès de Clint pour vérifier qu’il s’en sortirait. Elle arriva devant la base du SHIELD, bâtiment banalisé et qui ne laissait en rien présager de ce qu’il dissimulait. Elle freina et réalisa un joli dérapage pour s’arrêter. Retirant son casque et libérant sa chevelure rousse, elle courut vers l’entrée et présenta son badge au garde. Il lui fit un signe de tête et Natasha entra.

    Courant dans les couloirs, elle parvint à l’ascenseur qui conduisait à l’étage du SHIELD. Elle passa son badge et la porte de l’ascenseur s’ouvrit. Il la conduisit à un étage auquel ne menait aucun escalier. La porte s’ouvrit et une foule impressionnante se dessina à ses yeux, marchant dans le hall du bâtiment. Le logo du SHIELD se trouvait dessiné au sol. Elle fonça droit devant, rejoignant en quelques minutes le bureau de Fury. Ne prenant pas la peine de frapper, elle entra en trombe dans la salle. Fury sembla surpris. Un homme se trouvait en face de lui, certainement un rendez-vous important.

    Romanoff. Veuillez m’attendre dehors, j’en ai pour quelques minutes.
    Où est-il ?

    Le ton de voix de la jeune femme ne souffrait aucun délai. Fury s’en aperçut, s’excusa auprès de son interlocuteur et entraîna Romanoff au dehors de son bureau.

    Je n’admets pas le manque de respect venant de mes agents, Romanoff, vous le savez.
    Mes excuses, monsieur.
    Il est alité dans sa chambre. Je ne vous montre pas le chemin.

    Elle lui adressa un signe de tête en guise de remerciement et pivota pour rejoindre la zone des quartiers. Chaque agent possédait sa propre chambre, en plus de son appartement personnel. Natasha toqua doucement à la porte et entra. La chambre était dans la pénombre mais un fin rayon de soleil entrait par les volets entrouverts. Une forme était bien visible dans le lit. Les larmes aux yeux, elle s’avança et s’assit sur le bord du lit.

    Clint. C’est moi. C’est Tasha. Je suis venue aussi vite que j’ai pu. J’étais tellement inquiète ! Qu’est-ce qui t’es arrivé ?

_________________

Natasha Romanoff
Avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles. On est les enfants oubliés de l’histoire mes amis, on n’a pas de but ni de vraie place ; on n’a pas de grande guerre, pas de grande dépression. Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression, c’est nos vies. ► hellsangels.
Revenir en haut Aller en bas
 

Une soirée particulière [Clint]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fin de Soirée improvisée Sophie /Virginie
» Au ciné ce soir
» soirée fraîche
» quelle belle soirée (pv val ) (HENTAÏ !!!)
» Quand notre guerrière se déshabille le soir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anarchy :: Inside New-York :: 
☆ staten island
 :: 
☆ triskelion
-